jeudi 27 juillet 2017

Kerminaouët et la famille de Calan

Nous poursuivons l’histoire de Kerminaouët (voir ici) par l’arrivée de la famille de Calan au manoir au début du XIXe siècle.

Le 25 octobre 1825, Angélique de Bonnafos née à Londres, fille de Philippe Balthazar de Bonnafos, propriétaire de Kerminaouët, épouse à Trégunc Louis Corentin de Lalande de Calan. Celui-ci est né à Quimper d’une famille dont les origines se situent à Saint-Pôtan, près de Matignon, dans les Côtes d’Armor (réformation de 1423). Son oncle Hyacinthe de Calan, gouverneur des Indes françaises, décède en 1850 d’une fièvre brutale. Son corps, mis dans un fût d’alcool, repose aux pieds de l’autel de Notre-Dame des Anges à Pondichery. Par contre, son cœur repose près de sa femme dans le cimetière d’Elliant.

Louis Corentin de Calan, lieutenant de vaisseau, participe au siège de Cadix en 1824 et devient commandant d’un bateau corsaire pris aux Espagnols, navire qu’il rapatrie en France.

Recensement de 1841

Au recensement de 1841 habitent au manoir de Kerminaouët Balthazar de Bonnafos le propriétaire, Angélique de Bonnafos sa fille, Louis de Calan son gendre, Angèle Guifant fille de confiance, Marie Louise Guyader et Marie Dagorn servantes, Jean-Marie Jaouen, Jean-Marie Guiffant et François Joudrain domestiques. Angélique de Bonnafos hérite du manoir de Kerminaouët au décès de son père en 1843.

Elle fonde en 1851 une maison de charité à l’emplacement actuel de l’Office de tourisme de Trégunc et participe à la création de l’école des filles, devenue école Saint-Michel.

Elle décède à Paris en 1853, sur la tombe familiale dans le cimetière de Trégunc, sur l'une des quatre plaques de marbre, figure l’épitaphe suivante : Ici repose Dame Angélique Marie de Bonnafos épouse de M. Louis Corentin Marie de Lalande de Calan officier de la marine en retraite chevalier de la Légion d'honneur décédée à Paris le 30 avril 1851 à l’âge de 50 ans. Parfait modèle de l’amour, tendre épouse, Ange de vertu et de bonté, elle fonda en 1851 à Trégunc une maison de charité pour secourir les pauvres dont elle est la mère. De Profundis.

Son mari Louis de Calan décède à Kerminouët le 13 janvier 1853. Ce couple n’ayant pas eu d’enfant, Anne Marie de Calan, sœur de Louis de Calan, appelée tante Nanine, hérite de Kerminaouët.

Au recensement de 1856 habitent au manoir Anne Marie de Calan propriétaire, Marguerite Marrec cuisinière, Louise Basset fille de chambre, René Cutullic, François Riou, Marie-Jeanne et Jean-Marie Burel domestiques.

Anne Marie de Calan, célibataire, décède à Kerminaouët en 1869. Son frère, Joseph Marie de Calan, né à Elliant, hérite. Il est marié avec Caroline de Bremoy. Notaire à Quimper, il devient maire de Trégunc de 1871 à 1878. Il décède à Quimper en 1889.

Son fils Charles Marie est né à Saint-Brieuc. Officier, celui-ci combat en 1859 à Solférino en Italie. Il se marie avec Alix Marie Gohin de Charné en 1864 à Rennes. Lieutenant-colonel, il est chevalier de la Légion d'honneur et de Saint-Grégoire le Grand. Il acquiert un domaine de 3000 hectares à Ben Ismaïl dans la Mitidja près d’Oran (Algérie). Il hérite de Kerminaouët en 1889. Un de ses fils, Charles Joseph, sera camérier* secret de cape et d’épée du pape Pie X.
   
Charles Marie de Calan est maire de Trégunc de 1890 à 1891. Il démissionne pour raison de santé.

Un nouveau château

Selon le recensement de 1896 habitent au manoir de Kerminaouët Charles de Calan (59 ans), le garde-forestier Yves Herlédan avec son épouse et ses deux enfants.

Vers 1900, Ferdinand de Calan, suite à un échange avec son frère Charles Marie, devient propriétaire de Kerminaouët.

Ferdinand de Calan, lors du siège de Paris en 1871 (il était à l’époque à la Cour des comptes), envoie de ses nouvelles à sa famille par ballons montés et relate la vie dans la capitale durant cette période (voir Ma Bro n°10). Il s’est marié  avec Jeanne Aube de Bracquemont, descendante d’Hugues Capet, en 1873 à Brest.

Ferdinand détruit le manoir et le remplace par le château actuel conçu par l’architecte Charles Chaussepied, celui de l’ancienne église de Concarneau et de l’église paroissiale Saint-Joseph d’Audierne. Sont conservés la chapelle, les écuries et le colombier. Les jardins sont dessinés par le paysagiste Édouard André, celui qui créa entre autres le parc du Casino de Monte-Carlo, la Roseraie de L’Hay-les-Roses et les plantations du parc des Buttes-Chaumont.

Sur le fronton du château de Kerminaouët,
les armes des familles de Calan et de Braquemont


La vente du château

Aucun membre de la famille de Calan n’est domicilié au lieu-dit Kerminaouët dans les recensements de 1901, 1906 et 1911.

Ferdinand de Calan décède à Versailles en 1917 et son épouse à Quimper en 1929. Deux de leurs sept enfants sont morts pour la France en 1916 et 1918, Joseph et René, chevaliers de la Légion d'honneur à titre posthume. Une plaque rappelle ces deux décès sur le tombeau de la famille de Calan dans le cimetière de Trégunc.

Joseph Marie Charles de la Lande de Calan

René Paul Louis Marie Joseph de la Lande de Calan


Jean de Calan, fils de Ferdinand épouse Élisabeth Barbier de La Serre en 1905 , il hérite de Kerminaouët. Un de ses sept enfants, René, officier, est tué à l’ennemi en 1946 en Cochinchine (partie sud de l’actuel Vietnam). Un autre enfant, Pierre, entrepreneur, écrivain, syndicaliste, devient en 1972 vice-président du CNPF. Jean de Calan décède le 19 avril 1965.

Jacques de Calan, fils de Jean, épouse Marie Josèphe Roullet de La Bouillerie en 1932. Ingénieur agronome, il s’installe avec sa famille en Algérie pour prendre la direction d'un domaine de 4000 hectares à Affreville, devient Conseiller général d’Alger et délégué à l’Assemblée algérienne. Il sera officier du Mérite agricole et chevalier de la Légion d'honneur. Il quittera l’Algérie à l’Indépendance. Il hérite au décès de son père en 1965 du château de Kerminaouët.



De retour en France, Jacques de Calan s’installe à Kerminaouët puis donne la propriété à son fils Geoffroy ; Jacques décède à Trégunc en 1986 et son épouse à Seiches-sur-le-Loir en 1996. En 1998, le château devenu château hôtel est vendu par  Geoffroy à Bob Dubois, l’actuel propriétaire.

Pierre Moutel

Remerciements à Monsieur Gilles de Calan pour ses nombreuses informations.

* Camérier : personne attachée au service personnel du pape.

Aucun commentaire: